oct 12

Massimo Fini sur Ria Novosti : L’UE ferait mieux de coopérer avec Moscou qu’avec les USA

L’Europe ferait mieux de coopérer avec la Russie, qui est plus proche d’elle sur le plan géographique et culturel, qu’avec les Etats-Unis, estime le journaliste italien Massimo Fini cité par le journal Libero Quotidiano.

Selon M.Fini, depuis l’effondrement de l’Union soviétique, l’Europe aurait mieux fait de se tenir à l’écart de Washington. A l’heure actuelle, la relation avec les Etats-Unis a perdu tout son sens et représente un fardeau pour l’Europe, affirme le journaliste.

Il a également critiqué la politique menée par le premier ministre italien Matteo Renzi et le président américain Barack Obama, les qualifiant de "pauvres types" qui perdent la face devant la Russie et la Chine, ainsi que d’autres "puissances émergentes".

© AP/ Luca Bruno
12:04 10/10/2014
MOSCOU, 10 octobre – RIA Novosti

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/massimo-fini-sur-ria-novosti-lue-ferait-mieux-de-cooperer-avec-moscou-quavec-les-usa/

oct 03

Portrait du Mollah Omar par Massimo Fini

Parmi ses ouvrages, il en est un consacré au Mollah Omar, figure emblématique des Talibans, dont il nous livre un portrait original et iconoclaste, n’hésitant pas à le comparer au Che Guevara.

L’équipe des Non-alignés et celle des éditions "Le retour aux sources" ont profité de leur rencontre avec Massimo Fini pour le faire partager au public français. En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/portrait-du-mollah-omar-par-massimo-fini/

oct 03

Entretien avec Massimo Fini sur son dernier livre traduit en français « Le vice obscur de l’Occident »

Célèbre journaliste italien depuis plus de 30 ans, Massimo Fini est l’auteur de 17 livres dont la ligne directrice s’inscrit dans une critique radicale du modernisme. Il y montre les limites du modèle de développement occidental, dénonce ses paradoxes et déconstruit ses mythes fondateurs. 

Les équipes des Non-alignés et "Le retour aux sources" ont rencontré Massimo Fini pour un entretien exclusif.  En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/entretien-avec-massimo-fini/

juin 04

Ce n’est pas Matteo Renzi le vainqueur des élections, c’est moi !

Ce n’est pas Matteo Renzi le vainqueur des élections, c’est moi. Je fais partie en effet du plus grand mouvement politique italien, celui des abstentionnistes et des votes blancs ou nuls, qui ont atteint le score de 45,8 %, en dépassant de plus de 5 points le misérable pourcentage du PD qui n’a fait que 40,8 %.

Il se trouve que je suis un vétéran de ce mouvement. Cela fait des décennies que je ne vote pas. Ma religion me l’interdit. J’ai écrit un livre intitulé Sudditi. Manifesto contro la Democrazia (traduit en français aux Editions Le Retour aux Sources), et je ne crois pas en la démocratie représentative. C’est une entourloupe. Une embrouille extrêmement bien conçue, sophistiquée, pour « la mettre bien profond dans le cul des gens, et surtout des pauvres gens, avec leur consentement. »(Sudditi). Ce n’est pas la démocratie, mais un système d’oligarchies, politiques, économiques et souvent criminelles, étroitement liées entre elles, dans la meilleure des hypothèses, d’aristocraties masquées qui de surcroit n’ont même pas les obligations des anciennes aristocraties. En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/ce-nest-pas-matteo-renzi-le-vainqueur-des-elections-cest-moi/

mar 31

Dépossédés de notre précieux temps consumé par le modèle occidental

La percée de Marine Le Pen en  France, conjuguée à la fois au phénomène peut-être encore plus intéressant d’une abstention de 38 % – un score encore jamais atteint chez nos amis transalpins -,  à ce qu’on appelle les « populismes » (j’avoue ne pas comprendre ce que signifie vraiment le terme « populisme » et pourquoi il faut forcément lui attribuer un caractère péjoratif), et à la volonté indépendantiste vénitienne confirmée par un récent référendum, est interprétée de façon unanime comme une protestation contre l’Europe. D’après moi, l’Europe est une cible facile, car étant abstraite, on peut décharger sur elle un malaise bien plus profond que la crise économique – encore toute relative en Occident, le pire reste à venir – accentue, mais dont elle n’est pas la véritable source. En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/depossedes-de-notre-precieux-temps-consume-par-le-modele-occidental/

mar 22

La Crimée qui n’est (sans doute) pas le Kosovo

Le cas qui se rapproche le plus de ce qui se passe en Crimée est celui du Kosovo, comme certains l’ont finalement remarqué en Italie. Au Kosovo les Albanais, devenus majoritaires ces dernières décennies, réclamèrent la sécession de la Serbie. Les indépendantistes, entrainés et armés par les Américains, menèrent la guérilla et utilisèrent également le terrorisme, tandis que l’armée serbe et les milices paramilitaires (‘les Tigres d’Arkan’) répondaient avec dureté. Deux raisons s’affrontaient : celui des indépendantistes albanais et celui de la Serbie qui voulait conserver l’intégrité de ses frontières. Les Américains décidèrent que la raison était du côté de la partie des indépendantistes et pendant 72 jours ils bombardèrent une grande ville d’Europe, Belgrade, capitale d’un pays, la Serbie, qui entre autres choses, avait le tort gravissime d’être restée l’unique pays pro-communiste en Europe. On dénombra 13000 morts, dont 5500 qui succombèrent sous les bombes et le reste dans les affrontements qui eurent lieu au Kosovo entre Albanais et Serbes. En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/la-crimee-qui-nest-sans-doute-pas-le-kosovo/

jan 31

L’ONU, l’inutile paillasson des États-Unis

La confirmation, s’il en était besoin, du fait que l’ONU est simplement un couteux fantasme à l’usage des Américains (qui pourtant n’en paient même plus la cotisation) nous est donnée par la conférence de paix sur la Syrie qui se tient à Montreux, avec la participation d’une quarantaine de pays. La veille de la conférence, le secrétaire général Ban Ki-Moon avait invité l’Iran à venir y participer. Mais cela a provoqué une « forte irritation » des Américains ce qui a suffi pour que le soir même, Ban Ki-Moon retire son invitation. Il est paradoxal qu’à cette conférence participent des pays comme l’Indonésie, l’Australie, ou le Mexique, qui sont bien loin géographiquement de la Syrie, alors que l’Iran en est un proche voisin. Il est vrai que l’Iran soutient Bashar al-Assad, tout comme la Russie et la Chine d’ailleurs, mais elle a davantage de motifs de le faire puisque la guerre civile l’implique directement. En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/lonu-linutile-paillasson-des-etats-unis/

jan 07

Sommes-nous certains d’être supérieurs à l’Iran ?

Lors de la conférence de presse de fin d’année, un journaliste de mouvance radicale  a demandé au premier ministre si l’Italie n’était pas trop tendre avec l’Iran. Bien que parfaitement diplomatique, la réponse d’Enrico Letta comportait néanmoins un élément intéressant : « L’Italie peut être un bon médiateur avec l’Iran, car nos deux pays sont issus d’une grande culture millénaire et par conséquent il est possible de se comprendre. » Effectivement, l’Iran est l’antique Perse. Et les vestiges de cette culture se retrouvent dans la cité plusieurs fois millénaire d’Ispahan ou dans celle de Qom (et non à Téhéran qui, comme Tel-Aviv, est de construction récente). En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/sommes-nous-certains-detre-superieurs-a-liran/

déc 06

Égypte, l’absurde procès de Mohamed Morsi

Lors de la première audience du procès contre Morsi qui s’est tenu au Caire [début novembre], le président déchu a déclaré : « Finissons-en avec cette farce, tout ceci n’est rien d’autre qu’un coup d’État. Ce sont d’autres que moi qu’il faut amener devant ce tribunal. »  Et au juge qui l’appelait « l’inculpé », il a répondu « : je suis le docteur Mohamed Morsi Isa al-Ayyat. Rappelle-toi que je suis ton président, selon la Constitution, le seul qui soit légitime. » Il me semble que les paroles du leader des Frères musulmans photographient assez bien ce qui s’est produit en Égypte au cours de ces deux dernières années. Morsi avait été élu président le 24 juin 2012 avec 51 % des suffrages lors des premières élections libres après les 30 ans de dictature de Moubarak. Il a été renversé un peu plus d’un an après par le chef de l’armée, le général Al Sisi, suite à des manifestations populaires qui, comme l’écrivent les journaux occidentaux désireux de raccommoder la situation, relevaient d’ « un large consensus, allant des salafistes aux laïques en passant par les communistes. » Depuis quand, dans une démocratie, le consensus se mesure t’il aux manifestations de la rue et non aux résultats des scrutins électoraux ? En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/egypte-labsurde-proces-a-mohamed-morsi/

nov 28

Rien ne peut plus nous sauver de la bulle spéculative [+ Vidéo]

Traditionnellement, les fonctions de l’argent sont au nombre de quatre :

  1. Mesure de la valeur
  2. Intermédiaire dans l’échange
  3. Moyen de paiement
  4. Dépôt de richesses

Rien à dire des trois premiers. Mais ôtons-nous de l’idée que l’argent est une richesse ou même la représente. Pris dans sa globalité, l’argent n’est rien, absolument rien. Les Espagnols s’en sont aperçus à l’aube du XVIIe siècle quand après avoir volé aux Indiens d’Amérique tout ce qu’ils pouvaient détenir d’or et d’argent (la monnaie d’alors en Europe) ils se retrouvèrent plus pauvres qu’avant. Dans son Mémorial de la politique, Gonzalez de Cellorigo écrit avec une lucidité exacerbée : « Si l’Espagne est pauvre, c’est parce qu’elle est riche. » En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/rien-ne-pourra-plus-nous-sauver-de-la-bulle-speculative/

Articles plus anciens «