Mfr

Détails de l'auteur

Date d'enregistrement : 2 février 2013

Derniers articles

  1. Ce n’est pas Matteo Renzi le vainqueur des élections, c’est moi ! — 4 juin 2014
  2. Dépossédés de notre précieux temps consumé par le modèle occidental — 31 mars 2014
  3. La Crimée qui n’est (sans doute) pas le Kosovo — 22 mars 2014
  4. L’ONU, l’inutile paillasson des États-Unis — 31 janvier 2014
  5. Sommes-nous certains d’être supérieurs à l’Iran ? — 7 janvier 2014

Articles les plus commentés

  1. Démocratie directe : pourquoi le rêve de Beppe Grillo n’est pas réalisable — 4 comments
  2. Ce qui se cache derrière le violent assaut contre la centrale en Algérie — 3 comments
  3. L’Occident fomente le terrorisme — 1 comment

Articles de cet auteur

mai 07

Nous vivons plus longtemps, mais devenons vieux plus vite

L’institut italien de statistiques (Istat), dans sa mission d’étudie de la composition actuelle de la population italienne par tranche d’âge, définit les plus de 65 ans, les « jeunes vieux ». C’est une caractéristique typique de notre société byzantine que de mettre les mots à la place des choses, croyant ainsi en modifier la nature. Cessons un peu de nous de nous moquer du monde avec cette obsession de la jeunesse à tout prix. Les Romains qui étaient moins hypocrites et moins rhétoriques que nous fixaient le début de la vieillesse à 60 ans. Et c’est valable encore aujourd’hui, tous ceux qui ont franchi ce cap fatidique le savent bien. De la même façon qu’est restée inchangée la période de fécondité de la femme, qui atteint son pic à 27 ans, pour ensuite diminuer et se conclure peu après 40 ans, à moins de recourir à quelque artifice technologique digne des laboratoires du docteur Frankenstein. En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/nous-vivons-plus-longtemps-mais-devenons-vieux-plus-vite/

mai 06

Cher Beppe Grillo, avec Rodotá, tu t’es trompé de timing

Joli coup, Beppe. L’entêtement à promouvoir Rodotá [pour le poste de président de la rpublique italienne - NdT] a mené aux résultats suivants : 1) un nouveau mandat de Napolitano qui a toléré sans broncher toutes les atrocités de Berlusconi (ce n’est pas pour rien que tu l’appelais « Morphée »), qui a signé les lois « ad personam » et qui, chaque fois que l’énergumène, en habits de premier ministre, se lançait dans des déclarations subversives du genre « la magistrature est le cancer de la Démocratie », se bornait à demander de façon générique de « baisser d’un ton » ; 2) un gouvernement « d’entente nationale » (le qualifier de « magouille » est parfaitement interdit) entre le PDL et le PD, qui pendant 18 ans se sont alternés au pouvoir, amenant le pays à la banqueroute économique et sociale (en plus de celle morale), une banqueroute qu’ils essaient aujourd’hui, au nom de la « responsabilité » d’attribuer au mouvement 5 Stelle, alors que celui-ci vient à peine d’entrer au Parlement. Ils ont eu 18 ans pour montrer leur « responsabilité » envers le pays. Ils la découvrent seulement maintenant, car ils craignent que la maison qu’ils ont détruite ne leur tombe finalement dessus. En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/cher-beppe-grillo-avec-rodota-tu-tes-trompe-de-timing/

mai 06

Emma Bonino, une ministre « fanatique » des droits de l’Homme

Il y a chez Emma Bonino, la toute nouvelle ministre des Affaires étrangères italienne, la bonté sanguinaire d’une Sainte Catherine de Sienne. C’est une pure fanatique des droits humains, un peu moins des êtres humains. Si elle soupçonne dans quelque partie du monde que ce soit, une violation des droits de l’homme, elle est prête à demander l’envoi de troupes, de chars d’assaut, de B-52, ou de bombes à l’uranium appauvri. « Je suis une non-violente, pas une pacifiste, » affirme-t-elle. Le fait est que depuis plus de 15 ans, Emma Bonino est une va-t-en-guerre aux pures et saintes intentions.

En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/emma-bonino-une-ministre-fanatique-des-droits-de-lhomme/

mai 05

Véto sur les armes chimiques, si elles ne sont pas américaines

Le Renseignement américain a affirmé avoir trouvé dans la région d’Alep en Syrie les traces de l’utilisation d’armes chimiques (gaz sarin), en attribuant l’usage à Assad. Obama avait déclaré voilà un mois que si Assad franchissait la « ligne rouge », autrement dit, s’il utilisait des armes chimiques, « les USA interviendraient militairement ». Récemment, Obama s’est fait plus prudent (« le cadre reste encore incomplet »), se remémorant sans doute la piètre figure faite par les USA qui, lors de l’invasion de l’Irak, soutenaient que Saddam Hussein détenait des « armes de destruction massive », et qui furent contraints d’admettre, après avoir fouillé le pays de fond en comble, que d’armes de destruction massive, il ne se trouvait pas trace en Irak. Une « piètre figure » qui a coûté aux Irakiens la bagatelle de 650 à 750 000 morts selon un calcul assez simple fait par un journal anglais de médecine qui a comparé le nombre de décès durant les années Saddam avec celui des années d’occupation. Et cela se poursuit, car une fois abattu l’homme fort, une véritable guerre civile s’est déchainée entre chiites et sunnites avec à la clef des dizaines de morts chaque jour, dont la presse occidentale ne parle jamais. En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/veto-sur-les-armes-chimiques-si-elles-ne-sont-pas-americaines/

avr 15

La grâce hypocrite accordée par le président italien à un agent de la CIA coupable d’enlèvement

Le Président de la République italienne, Giorgio Napolitano, a gracié sans que cela lui soit demandé, ni par l’intéressé ni par les autorités américaines, l’agent secret Joseph Romano, qui en 2003 était à la tête de la base militaire de l’OTAN d’Aviano, et qui avait été condamné le 19 septembre dernier par la Cour de Cassation – et donc de manière définitive – à 7 ans de réclusion pour l’enlèvement à Milan en février 2003 de l’imam radical Abu Omar, coupable simplement d’être ce qu’il était, un imam radical. En même temps que Romano, la Cour de Cassation avait condamné 22 agents de la CIA qui avaient participé à l’opération, y compris le chef du Renseignement américain à Milan, Bob Lady. Des condamnations auxquelles s’ajoutent, en appel pour le moment, celles de 3 autres agents de la CIA opérant à l’époque à Rome sous passeports diplomatiques. En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/la-grace-hypocrite-accordee-par-le-president-italien-a-un-agent-de-la-cia-coupable-denlevement/

avr 15

Proposition du Mouvement 5 Stelle : retirons-nous de la guerre à l’Afghanistan

Les membres du Mouvement 5 Stelle ne sont pas là juste pour le folklore. Jeudi dernier, ils ont présenté une motion qui oblige le gouvernement à retirer immédiatement nos troupes d’Afghanistan, où nous dépensons presque 800 millions par an (mais certainement bien plus, car je doute que soient enregistrés les millions que nous donnons au Talibans afin qu’ils ne nous attaquent pas). Certes, un milliard d’euros ne suffit pas à assainir une économie, mais cela permet quand même de solutionner quelques menus problèmes, comme celui des chomeurs toujours en attente de leur droit à la retraite [les « esodati » en italien – NdT].

En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/proposition-du-mouvement-5-stelle-retirons-nous-de-la-guerre-a-lafghanistan/

avr 12

Disparition politique d’Antonio Di Pietro, pourtant il fut un héros populaire

Le parti Italia dei Valori s’est dissous et a disparu de la scène politique italienne en même temps que son fondateur Antonio Di Pietro, qui retournera probablement faire le paysan dans sa campagne de Montenero di Bisaccia. Di Pietro a pourtant été, durant une certaine période, l’homme le plus aimé d’Italie, et en absolu l’homme le plus détesté des politiques, du fait que lui et son extraordinaire équipe de magistrats milanais avaient osé soulever le couvercle des pratiques mafieuses des partis (la « commission occulte » n’est rien d’autre qu’un racket [NdT – « pizzo » en italien] fait sous la menace). La force du juge Di Pietro tenait à son côté « paysan » qui lui faisait appeler les choses par leur nom, et qualifier de « vol caractérisé » ce que d’autres appelaient les « coûts de la politique » (et c’est pour cela que Francesco Saverio Borrelli l’avait choisi comme Procureur de la République à la place d’autres collègues sans doute techniquement plus qualifiés que lui). En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/disparition-politique-dantonio-di-pietro-pourtant-il-fut-un-heros-populaire/

avr 03

Démocratie, oligarchies et mafias : une savante cohabitation

Extrait du livre Le vice obscur de l’Occident & La démocratie et ses Sujets

[...] À chaque scrutin électoral, il n’y a qu’un seul perdant à coup sûr, et ce n’est pas la faction qui a perdu, mais bien le peuple festoyant, ainsi que celui qui est resté à la maison à ruminer sa rancoeur pour les mêmes raisons absurdes qui poussent l’autre à descendre dans la rue. Que ce soit le Milan ou l’Inter qui gagne, c’est toujours au spectateur de payer le spectacle. Quant aux joueurs, la plus grande part du butin va certainement aux gagnants, mais les prix de consolation ne manqueront pas pour les perdants. Il existe en fait entre les oligarchies politiques, peu importe ce qu’elles disent pour s’en défendre, un pacte tacite pour que le jeu ne dérive pas vers des conséquences extrêmes. Cela ne conviendrait à personne. Il y a toute cette vaste zone publique et semi-publique qui permet de consentir de justes avantages aux perdants, s’assurant ainsi que la prochaine fois si la partie s’inverse, la faveur sera rendue. Même si elles sont en compétition pour le pouvoir, les oligarchies politiques sont unies par un intérêt commun qui prévaut sur tous les autres : l’intérêt de classe. Celui de la classe politique, avec ses franges, la seule classe qui ait pratiquement survécu. En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/democratie-oligarchies-et-mafias-une-savante-cohabitation/

mar 16

L’exemple de Berlusconi et d’une Italie qui a perdu tout sens de la légalité

Lorsqu’on a appris lundi dernier que Silvio Berlusconi, depuis son lit d’hôpital, avait demandé à ses parlementaires de renoncer à la manifestation de protestation devant le Tribunal de Milan « au nom du respect que j’ai toujours eu pour les Institutions, » je n’en croyais pas mes oreilles. Non parce que je pensais à des remords de la part du Cavaliere (et en fait, on a bien vu comment tout cela s’est terminé), mais pour l’effronterie absolue de cette affirmation. S’il y a un politique qui, même lorsqu’il était Premier ministre, a ces dernières années délégitimé tour à tour chacune des Institutions, c’est bien Silvio Berlusconi : les présidents de la République, tous « communistes » (y compris Giorgio Napolitano auquel il s’agrippe aujourd’hui en espérant une impossible et subversive intervention sur ses procès), la Cour constitutionnelle (« nid de communistes »), la Cassation, la magistrature ordinaire (« cancer de la démocratie », une affirmation répétée à l’étranger), le Conseil supérieur de la magistrature, la Cour des comptes, le Tribunal administratif régional et même les tribunaux civils (contre la sentence qui a condamné sa société Fininvest à dédommager la CIR de Benedetti pour l’arnaque du « Lodo Mondadori » obtenu grâce à la corruption du juge Metta). En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/lexemple-de-berlusconi-et-dune-italie-qui-a-desormais-perdu-tout-sens-de-la-legalite/

mar 13

Démocratie directe : pourquoi le rêve de Beppe Grillo n’est pas réalisable

Beppe Grillo voudrait abroger l’article 67 de la Constitution italienne qui dit ceci : « chaque membre du Parlement représente la Nation et exerce ses fonctions sans obligation de mandat. » [NdT : c’est-à-dire sans obligation autre que de rendre compte aux électeurs] Je comprends la préoccupation du leader du Mouvement 5 Stelle, non seulement à la lumière des récents scandales (Scilipotti, Razzi, De Gregorio), mais également vu cette satanée habitude qu’ont les partis d’aller piocher des éléments chez les voisins. Un des champions de cette manie est Clemente Mastella, qui avait cependant l’honnêteté parfaitement impudique de l’admettre, et alors qu’un jour Francesco Cossiga lui reprochait une de ses campagnes d’ « acquisitions rémunérées [de parlementaires] », il avait répondu de façon parfaitement ingénue : «  je ne comprends pas pourquoi quand je fais ce genre de chose pour mon parti c’est mal considéré, alors que c’était accepté lorsque je le faisais pour Cossiga. » En savoir plus »

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/democratie-directe-pourquoi-le-reve-de-beppe-grillo-nest-pas-realisable/

Articles plus anciens «

» Articles plus récents