«

»

sept 11

Imprimer ceci Article

Le système tue tout le monde, pas seulement les pauvres

En Suisse, en l’espace de quelques semaines, deux grands managers se sont suicidés : Pierre Wauthier, 53 ans, directeur financier de Zurich, un colosse de l’assurance, et Carsten Schloter, 49 ans, leader de Swisscomm Telecomunications. Wauthier était tendu, stressé par son chef qui le pressait d’atteindre des objectifs toujours plus élevés, jusqu’à ce que, n’y tenant plus, il se suicide. Le cas de Schloter est encore plus significatif, il a en effet laissé le mot suivant : «  On ne peut pas rester connecté au travail 24h sur 24, rayer totalement la famille, les enfants, on ne peut pas oublier de vivre. »

Le modèle de développement actuel a réussi la misérable prouesse de faire se sentir mal même ceux qui vont bien. Alors, imaginons ce que c’est pour les autres. Tout part de la compétition économique, un concept hérité de la Révolution industrielle, parfaitement inconnu auparavant, et dont les effets dévastateurs ont été amplifiés par le phénomène de la globalisation. Ce dernier a lui aussi débuté vers le milieu du XVIIIe siècle, et est arrivé à pleine maturation aujourd’hui avec l’adoption du modèle de développement occidental par presque tous les pays dans le monde. Compétition entre individus, compétition entre entreprises, compétition entre États, tout cela en massacrant la personne humaine. Nous admirons et redoutons la croissance chinoise, mais depuis que le boom économique a commencé sur les terres de Confucius, le suicide est devenu la première cause de mortalité parmi les jeunes, et la troisième parmi les adultes. Dans les usines chinoises, où l’on assemble les composants des produits Apple et où les ouvriers travaillent 16 heures par jour, ils ont dû tendre des filets de sauvetage pour empêcher les pauvres bougres de se jeter du toit et de se tuer. Peut-être vivaient-ils mieux lorsqu’ils se contentaient de leur bol de riz.

Les auteurs classiques de l’économie libériste, Adam Smith et David Ricardo, soutenaient que la compétition est une bonne chose, car elle faire baisser les prix et profite donc au consommateur (ce personnage sinistre qui a émergé lui aussi à notre époque moderne). Il ne me semble pas que cela se soit produit. Les prix des biens essentiels, la nourriture, l’habillement, le logement n’ont fait qu’augmenter, même en tenant compte de l’augmentation des salaires ; les seules choses dont le prix a diminué sont les objets inutiles, dont personne n’avait jamais ressenti le besoin avant. Mais il y a surtout cette innovation psychologique qui est étroitement liée à la compétition économique, et que Ludwig von Mises, renversant 20 siècles de pensée occidentale et orientale a parfaitement résumée par cette phrase : « Ce n’est pas bien de se contenter de ce que l’on a. » Et cela a jeté les bases, comme s’il y en avait besoin, de l’insatisfaction et du malheur de l’homme. Car ce que l’on ne possède pas est sans limites ; une fois atteint un objectif, il faut un autre – contraints que nous  sommes par ce mécanisme inéluctable qui nous domine et sur lequel s’appuie le système -, et encore un autre, et ainsi de suite, jusqu’à ce que l’on éclate, et que l’on suit remplacé par quelqu’un d’autre.

En fait, les chômeurs se trouveraient dans la position idéale s’ils n’étaient pas taraudés par le besoin d’avoir ce qu’ils n’ont pas et que les autres possèdent. Vivre sans travailler a toujours été le rêve de tout homme, tant qu’il a eu un cerveau pour réfléchir.

Voilà quelques années, par une sombre journée d’octobre, je me trouvais sur l’une des splendides plages d’Agrigento (dommage qu’à 100 m de là se trouve la sortie des égouts). La plage était déserte. Il y avait seulement un garçon à quelques mètres de moi. J’engageai la conversation. Il me raconta qu’il avait travaillé les quatre mois d’hiver comme maçon à Turin, et le reste du temps il le passait dans sa ville natale à vivre de ce qu’il avait gagné en pouvant compter sur la partie de sa famille qui était restée dans le Sud. « Bien-sûr, disait-il, je ne peux pas m’acheter une Porsche, mais ce que j’ai, c’est le temps ». Je lui répondis : « cher jeune homme, tu ne le sais peut-être pas, mais tu es un philosophe. » Et nous au contraire, nous sommes tous de savants crétins.

Massimo Fini.

Il Fatto Quotidiano, 7 septembre 2013
 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/le-systeme-tue-tout-le-monde-pas-seulement-les-pauvres/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Email
Print