«

»

mai 07

Imprimer ceci Article

Nous vivons plus longtemps, mais devenons vieux plus vite

L’institut italien de statistiques (Istat), dans sa mission d’étudie de la composition actuelle de la population italienne par tranche d’âge, définit les plus de 65 ans, les « jeunes vieux ». C’est une caractéristique typique de notre société byzantine que de mettre les mots à la place des choses, croyant ainsi en modifier la nature. Cessons un peu de nous de nous moquer du monde avec cette obsession de la jeunesse à tout prix. Les Romains qui étaient moins hypocrites et moins rhétoriques que nous fixaient le début de la vieillesse à 60 ans. Et c’est valable encore aujourd’hui, tous ceux qui ont franchi ce cap fatidique le savent bien. De la même façon qu’est restée inchangée la période de fécondité de la femme, qui atteint son pic à 27 ans, pour ensuite diminuer et se conclure peu après 40 ans, à moins de recourir à quelque artifice technologique digne des laboratoires du docteur Frankenstein.

Nous vivons plus longtemps, c’est vrai. Mais pas autant que ce que nous disent, d’une manière qui est loin d’être innocente, les scientifiques selon lesquels les hommes au Moyen-âge vivaient en moyenne 32 ans. Voyons, en moyenne les hommes et les femmes du Moyen-âge se mariaient respectivement à 29 et 34 ans (c’est seulement dans la noblesse que les mariages étaient très précoces, surtout pour des motifs de croisements dynastiques). Ils n’auraient donc pas même eu le temps d’élever leurs enfants ? Alors qu’au contraire ils en faisant une demi-douzaine, voire plus. Comment expliquer cela ? Par le fait que parler de « durée de vie moyenne » de 32 ans est une statistique faussée, car la société subissait alors un fort taux de mortalité à la naissance ou peu après.

La véritable comparaison à faire, comme le savent bien les historiens modernes même s’ils le cachent, est celle de l’espérance de vie d’un adulte. Un homme au Moyen-âge vivait environ 70 ans. Ce n’est pas par hasard que Dante fixait « la moitié du chemin de notre vie » à 35 ans. Aujourd’hui, l’espérance de vie, en Italie, est de 78 ans pour l’homme et de 83 pour la femme. Nous avons donc gagné approximativement 10  ans, ce qui n’est tout de même pas rien. Mais il faut s’intéresser à comment nous les vivons ces 10 années d’existence. Souvent, bien trop souvent, nous les passons accompagnés de maladies terrifiantes, douloureuses, humiliantes, nous sommes diminués, intubés, attachés a quelque machine, maintenus en vie par la force de la médecine technologique, ce qui conforte les statistiques sur la longévité (comme tout le monde, j’ai moi aussi peur de la mort, mais j’ai encore plus peur que les Frankenstein modernes « me sauvent »).

Mais la question de fond n’est même pas celle-là, lorsqu’on parle de la vieillesse dans notre époque moderne. Dans la société préindustrielle, le vieux, qu’il fût paysan ou artisan (ce qui représentait 90 % de la population) restait jusqu’au bout le chef de famille, entouré de ses enfants, petits-enfants, des femmes, de leurs nombreux bambins (aujourd’hui, seuls 3,5 % des vieux vivent avec leurs enfants), dans une société  à tradition essentiellement orale, et était le détenteur du savoir, il conservait un rôle et sa vie gardait un sens. Aujourd’hui (mis à part quelques catégories de privilégies comme les politiques ou les artistes), le savoir des anciens est obsolète, il ne compte plus. L’historien Carlo Maria Cipolla écrivait : « Une société industrielle est caractérisée par la rapidité du progrès technologique. Dans une telle société, les choses deviennent rapidement obsolètes et les hommes n’échappent pas à la règle. L’agriculteur pouvait vivre en bénéficiant de quelques notions apprises pendant son adolescence. L’homme industriel est soumis à un effort continuel pour rester à jour, mais il est inexorablement dépassé. Le vieux dans la société agricole est le sage, dans la société industrielle, c’est une loque. »

Alors, cessons de parler de « jeunes vieux ».

Massimo Fini
Il Gazzettino, le 25 aveil 2013
 

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lien Permanent pour cet article : http://www.massimofini.fr/nous-vivons-plus-longtemps-mais-devenons-vieux-plus-vite/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Email
Print